Retour
Recherche & Développement

L’open innovation, nouvel Eldorado du secteur agroalimentaire ?

Avec l’arrivé en masse des Start-ups depuis les 8 dernières années, les entreprises les plus anciennes se retrouvent devant de nouvelles problématiques d’innovation. Aujourd’hui, environ 90% des entreprises estiment qu’elles innovent trop lentement. Les principales raisons sont le manque de financement interne, le manque de compétences ou encore le risque que cela représente d’investir dans un budget dédié… . Parmi les solutions qui s’offrent aux entreprises, notamment dans le secteur très concurrentiel de l’agroalimentaire, l’Open Innovation devient une véritable tendance. Nous sommes alors en droit de nous demander si l’Open Innovation est la solution qui peut vous aider à mieux innover et plus rapidement ?

Qu’est-ce-que l’Open Innovation ?

Avant de discuter de ce que l’Open Innovation peut vous apporter, il est important d’en comprendre le concept. D’après son inventeur, Henry Chesbrough, l’open innovation est :

« L’utilisation de flux de connaissances sortants et entrants pour accélérer à la fois l’innovation interne et le marché des usages externes de l’innovation. Le paradigme de l’innovation ouverte peut être compris comme l’antithèse du modèle traditionnel d’intégration verticale où les activités internes de la R&D conduisent à des produits développés en interne qui sont ensuite distribués par l’entreprise ».

Pour résumer, cela plus simplement on peut dire que l’open innovation caractérise toutes les activités de R&D qui ne sont pas internalisées. Si l’open innovation à une définition aussi large, c’est bien évidement qu’elle regroupe un certain nombre d’acteurs bien distincts les uns des autres. Il est donc essentiel de savoir qui sont les acteurs clés de l’open innovation agroalimentaire qui peuvent vous aider à innover.

Et la FoodTech alors ?

Bien sûr, nous ne pouvons pas parler d’Open Innovation sans parler de la FoodTech. La FoodTech regroupe l’ensemble de l’écosystème d’entreprises innovantes (start-ups) se développant dans le domaine de l’alimentaire au niveau de la production et de la distribution. Les principaux acteurs de la FoodTech sont les spécialistes de la réservation et de la livraison comme les boxes alimentaires. Toutefois, le secteur compte également beaucoup de sites / applications d’informations (recettes) liés au domaine. Des acteurs moins visibles se développent aussi coté B2B comme ceux par exemple spécialisés dans les problématiques de traçabilité alimentaire.

Les principaux acteurs de l’open innovation dans le secteur agroalimentaire

#1 Les Start-Ups :

Arrivent en tête les Start-Up dans lesquels les grandes et moyennes entreprises voient une agilité et une flexibilité propice à l’innovation. Ce n’est pas un hasard si de plus en plus de grands groupes s’associent avec elles, souvent vues comme la solution miracle, les partenariats pleuvent.

La principale difficulté dans le secteur agroalimentaire est de trouver le bon partenaire. En effet, ce secteur est extrêmement hétérogène et cela pose de réels problèmes. Si vous envisagez l’open innovation en partenariat avec une Start Up il est important de bien la choisir et inversement. Il est d’autant plus important de ne pas attendre avant de se lancer dans l’Open Innovation car sinon vous prenez le risque de voir vos concurrents conclure des partenariats avec les meilleures Start-Up de votre secteur !

#2 Les entreprises de conseil en agroalimentaire et les Living Labs :

Nombreuses sont les entreprises dédiées au conseil en innovation agroalimentaire, comme le Centre Culinaire Contemporain, elles permettent aux entreprises de l’agroalimentaire d’accéder à l’innovation culinaire plus facilement en minimisant les risques.

Les entreprises de conseil culinaire et les livings labs sont des spécialistes de l’innovation, vous prenez donc moins de risques qu’en concluant un partenariat avec une Start-Up. Il est essentiel de choisir la structure et les prestations qui vont bien correspondre à vos besoins.

De l’open innovation oui, mais pas n’importe comment !

L’approche en co-création :

Ses objectifs :

  • Créer de la valeur grâce à une innovation centrée sur les besoins de vos cibles
  • Fiabiliser les outputs en intégrant les contraintes industrielles dès le début du process d’innovation
  •  Etablir une relation de confiance avec ses équipes et ses partenaires

Sa mise en place :
Cette démarche s’inscrit dans une dynamique d’innovation guidée par le consommateur sur laquelle toute la chaîne de transformation va s’aligner. Bien sûr, les partenaires externes interviennent au fur et à mesure pour apporter leur valeur ajoutée et s’assurer que l’innovation va satisfaire tous les acteurs en dépendant.

Ses avantages :

  • Accélère et rend le processus d’innovation plus rapide
  • Aller plus loin grâce à la dimension collaborative
  •  Des risques maitrisés par rapport aux autres approches

Ses inconvénients :

  • Les risques sont aussi partagés avec les partenaires et peuvent les impacter
  • Difficulté pour mettre en place une culture d’entreprise ouverte (si ce n’est pas déjà le cas)
  • La chaîne de transformation est impacté sous différents angles et par différents acteurs dans un temps réduit. L’adaptation et la transmission de la valeur peut devenir difficile

L’approche Want, Find, Get, Manage :

Ses objectifs :

  • WANT : Définir les connaissances que l’entreprise doit acquérir
  • FIND : Sélectionner les acteurs et partenaires de l’innovation
  • GET : Solidifié les partenariats et initier des transferts de savoir-faire
  • MANAGE : Coordonner et intégrer les savoir-faire des différents acteurs de façon progressive et efficace

Sa mise en place :

Bien sûr, il faut suivre méticuleusement les étapes pour le mettre en place de manière effiace. Toutefois, la première étape est la plus importante car elle va définir et conditionner le résultat du processus entier. L’idéal pour ce type de processus est de créer une équipe dédiée à sa mise en place qui va le penser et veiller à sa bonne exécution du début à la fin.

Ses avantages :

  • Une collaboration très large et une solidification des partenariats
  • Décuple la capacité d’innovation de l’entreprise à court et long terme
  • Une fois réussie, on peut la reproduire et se permettre de l’élargir rendant le processus encore plus efficace

Ses inconvénients :

  • Difficulté pour manager les différents partenaires
  • Un risque d’échec important si les besoins ne sont pas correctement identifiés dans la première étape

L’open innovation est donc un concept qui regroupe plusieurs méthodologies et il est important de trouver celle qui va le mieux répondre à vos besoins afin de mettre en place la stratégie adaptée. Il existe d’autres approches que nous n’avons pas présentées ici et il en apparaît des nouvelles très régulièrement. L’important est de savoir adapter ses modèles à son entreprise et s’inspirer des différentes approches pour trouver celle qui répondra le mieux à vos besoins.

4 conseils pour réussir son Open Innovation dans l’industrie agroalimentaire

1. Adopter une démarche agile à petite échelle

Si les Start-ups innovent si bien, c’est d’abord parce qu’elles le font à petit échelle et de façon originale. Pour les imiter, il faut mettre de côté l’organisation structurée et trop hiérarchisée pour laisser à une équipe dédiée le soin d’explorer de nouveaux territoires et de nouvelles idées. C’est ce qui peut permettre de trouver des segments de niche encore sous-exploités qui vont ensuite pouvoir être étudiés à grande échelle.

2. Créer et développer une équipe dédiée aux relations avec les Start-up et entreprises de conseil

Il est important que les relations et les projets que vous menez avec ces partenaires soient bien encadrés sur le plan humain. La communication passe d’abord par les relations humaines. Si vous voulez en apprendre un maximum, il vous faudra investir le capital humain nécessaire capable de prendre le meilleur à la fois sur le plan technique mais également sur le plan humain.

3. Mettre en place une plateforme dédiée à l’innovation agroalimentaire

L’un des principaux critères freinant l’innovation et notamment l’open innovation est bien sûr le risque, à la fois sur le plan financier et celui des propriétés intellectuelles. Créer une plateforme dédiée avec une prise de risques mesurée et bien contrôlée peut donc être une très bonne solution pour se lancer. Cela peut également attirer des partenaires qui n’auraient pas pensé pouvoir travailler avec de grands groupes et des entreprises « trop éloigné » de leurs activités.  Une plateforme donne à la fois un cadre et un contexte différent qui peut s’avérer être une stratégie payante à court et long terme.

4. Ne pas hésiter à mettre ses atouts au service de ses partenaires

Beaucoup d’innovations naissent au sein des Start-ups, mais beaucoup y meurent aussi. Souvent faute de moyens, d’organisation, d’équipements ou de préparation pour se développer à grande échelle. Or, c’est là que les entreprises agroalimentaires établies peuvent construire des partenariats gagnants-gagnants. D’ailleurs en 2015, beaucoup d’entreprises agroalimentaires l’avaient déjà compris résultant d’une augmentation des fusions-acquisitions de 57,8%. Il est donc important de rester attentif à ce genre d’opportunités et ne pas hésiter à faire profiter ses partenaires de ses meilleurs atouts.

Conclusion : ce qu’il faut absolument retenir !

L’open innovation regroupe beaucoup d’acteurs dont les objectifs et capacités d’innovation sont très hétérogènes. Il est donc important de bien identifier ses besoins et encore plus d’identifier les acteurs qui vont être capable de vous aider à y répondre. Les différentes approches en termes d’open innovation doivent être travaillées et adaptées à chaque entreprise. La gestion de ses projets doit être très rigoureuse pour qu’ils soient vraiment efficaces. Il ne faut pas hésiter à s’ouvrir aux autres acteurs de son marché et permettre aux plus petits de bénéficier de vos atouts afin de mener des stratégies gagnante-gagnante. Il est également important de maîtriser ses risques, l’ouverture peut donc se faire de plusieurs façons, notamment grâce à une plateforme dédiée qui facilitera ce processus.

 


Articles et dossiers sur l’Open Innovation :

Définition open innovation + chiffres clés : https://cdn.uclouvain.be/public/Exports%20reddot/ecru/documents/Open_Innovation_and_patents_in_the_food_industry.pdf
Cas concret InVivo : https://www.usinenouvelle.com/article/via-l-open-innovation-invivo-veut-mettre-l-alimentation-au-c-ur-de-la-french-tech.N587928
Dossier complet (plusieurs articles) : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0924224412002300

Centre Culinaire ContemporainCentre Culinaire Contemporain

Écrit par Centre Culinaire Contemporain

Le Centre Culinaire Contemporain décrypte les expériences utilisateurs et innove grâce aux regards croisés de ses conseillers culinaires.

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.