Retour
Tendances

Tendance culinaire : Mettez du lagom dans votre estomac !

Adepte des librairies et autres boutiques culturelles ? Difficile pour vous d’être passé à côté de ce mot suédois « lagom» (au même titre que le « hygge » danois).
Qu’est-ce que le lagom ? Philosophie de vie, art de vivre, état d’esprit, tendance culinaire… le lagom est un terme suédois signifiant « ni trop, ni trop peu » et visant à atteindre l’équilibre, la sérénité, le bonheur authentique, l’harmonie. Sans fioritures ni chichis. Dans cet article, je vous dis tout sur cette tendance, véritable inspiration pour vos futures claims et innovations culinaires !

Ce terme s’applique à tous les domaines de la vie :

1/ La pensée :

Être satisfait de ce que l’on a, ne pas jalouser, ne pas s’attacher aux choses matérielles, se reconnecter à la nature et apprécier ce qu’elle nous offre. S’ancrer dans la vraie vie en tenant les écrans et autres réseaux sociaux à distance. Être dans l’instant présent, tout simplement (ou si difficilement selon le cheminement de l’individu).
Ni trop, ni trop peu.

 

2/ Au travail :

  • On fait des « fikas », il s’agit d’une pause de 10-15 minutes effectuée avec ses collègues 2 fois dans la journée, où l’on échange de tout sauf du travail.
  • Les salariés quittent le bureau à 17h00 (sans jugement, sans un regard porté de travers), l’équilibre vie professionnelle et vie privée est essentielle.

Gain : bien-être des salariés, efficacité, productivité.

Une amie suédoise me disait, « en France il semble que le travail soit synonyme de souffrance, en Suède, il est synonyme de confiance et d’entraide. Lorsque l’un n’a pas terminé son travail, les autres viennent lui porter soutenance. »
Ni trop, ni trop peu.

3/ En décoration et habillement :

Les foyers ne regorgent pas d’objet inutiles, le vide vide la tête. Les maisons sont chaleureusement minimalistes. Les éclairages tamisés, relaxants. Les rangements optimisés : l’œil n’est pas pollué. Le bois, matière noble est roi, le plastique relayé au rang de sous-fifre. Les couleurs sélectionnées sont durables / intemporelles. Avec le lagom, l’accent est mis sur la qualité et la fréquence d’usage, ce qui ne sert pas, n’est pas. Il en est de même pour la garde-robe, on renouvelle parce qu’on use.
Ni trop, ni trop peu.

4/ La nourriture :

Une assiette sans additifs avec des produits frais

La lagom est aussi une nouvelle tendance culinaire !

Étroitement lié à la nature, l’assiette du suédois n’aime pas vraiment ce qui a été trituré, transformé, défiguré. C’est une locavore qui trie et sélectionne. Et, comme l’équilibre vie professionnelle et vie privée est essentielle, on a le temps de faire soit même. Elle aime les produits frais (ou fermentés), de saison et s’approvisionne au plus proche. En Suède, la nature est partout et appartient à tout le monde (à l’exception des potagers qui sont protégés). Les Suédois possèdent des « stuga », des petites maisons, anciennes cabanes de pêcheurs en bord d’eau au confort limité mais adoré : rendant de surcroit aisé l’accès aux produits de la nature.

Le suédois mange sain, bio, son alimentation est équilibrée : ni trop, ni trop sucré, ni trop salé, de tout avec parcimonie ou de tout en petite quantité. Aurait-il adopté la vieille préconisation d’Hippocrate « Que ton aliment soit ta seule médecine » ?

Le contenu de l’assiette de ce viking résiste aux tendances étrangères, il s’attache à tenir le fast food à distance mais invite végétaux issus du jardin ou des cueillettes sauvages (baies, champignons, orties …), poisson gras ou maigre (saumon, hareng …), céréales entières et fruits secs (noix, orge, seigle, avoine …), produits laitiers, pomme de terre, chou, gibier, légumes racines et autres herbes fraiches.

Vous en déduirez forcément que les aliments avec additifs, conservateurs, colorants artificiels … n’ont pas vraiment leur place dans une alimentation lagom. On choisit, comme dans les autres domaines de la vie, des produits de qualité, confectionnés de manière éthique.

 

La volonté du 0 déchets !

L’alimentation lagom est une alimentation en cohérence avec des principes de vie et prend en compte harmonieusement la volonté de réduire ses déchets, d’économiser l’eau et l’énergie, de favoriser le recyclage…

Le Suédois en est d’ailleurs le roi … du recyclage, seulement 1% de ses déchets finit dans les décharges (contre 38% de moyenne dans les pays européens, 25% en France), et, l’objectif annoncé d’ici à 2 ans vise le 0 déchets ! L’environnement fait décidément peau avec le Suédois, et tout est finement pensé pour favoriser le tri : 7 bennes différentes équipent les stations de tri des zones résidentielles.

L’économie circulaire est installée et le gouvernement, par une fiscalité incitative, encourage les personnes qui donnent une seconde vie à leurs objets. Un centre commercial vendant exclusivement des objets issus du recyclage a vu le jour en 2015, démarche d’achat holistique (je prends soin de moi, des autres et de ma planète) ne pouvant laisser qu’une belle image de soi !

Aussi, peut-on espérer aller plus loin, qui dit recyclage, dit production d’emballage. La tendance tend vers une disparition de l’emballage ayant un impact sur l’environnement. Alléluia … des prises de consciences des consommateurs, des innovations émergent : pour réduire les étiquettes et faire des économies d’énergies. Une entreprise suédoise propose de tatouer les légumes au laser sur les pigments de la peau des fruits et légumes en vue de leur distribution dans les supermarchés. Et ce, sans altérer les saveurs, la conservation du produit, le parfum … Ce marquage permet la présence des informations obligatoires de traçabilité et permet également la personnalisation des produits avec l’apparition du logo… Exit, le papier, l’encre, la colle… Le « natural branding », « marquage naturel » en français, a pour objectif de remplacer les stickers. En termes d’énergie, ce procédé consommerait moins de 1% de l’énergie nécessaire à la production d’étiquettes. Bref, que la nature soit source d’inspiration et d’innovation, quel plus bel emballage que la belle lanterne enveloppant le fruit du coqueret du Pérou (ou physalis) ?
Juste ce qu’il faut : ni trop, ni trop peu.

Si Solvej m’a poussé à aller encore plus loin dans ma manière de consommer avec son ouvrage « Mettez du lagom dans votre vie ! » (très sympathique à lire …). Il est donc aussi possible d’imaginer de décliner ce titre : « Mettez du lagom dans votre estomac ! ».

Entre surconsommation et écoresponsabilité, le lagom a donc choisi : vivre mieux avec moins, consommer logique sans avoir l’impression de renoncer. Sacré suédois : le froid permettrait-il d’avoir les idées à l’endroit ?! Si vous voulez connaître d’autres innovations et nouvelles tendances culinaires, n’hésitez pas à vous abonner à notre blog.

Par Mélanie LEPRETRE

 


Sources :

  • www.glamourparis.com
  • www.letemps.ch
  • www.regardsurlaplanete.com
  • France 2
  • M. Mondialisation
  • Vie perso 😊
Mélanie LEPRETREMélanie LEPRETRE

Écrit par Mélanie LEPRETRE

    Chef de projet Edition & Chargée de communication / multimedia au Centre Culinaire Contemporain

    Newsletter

    Abonnez-vous à notre newsletter.