Retour
Études & Ebooks

Smart food et mobilités alimentaires

Temps de lecture : 2 minutes

Dans le cadre de son Défrich’usages #7 sur « Mobilité et consommation alimentaires », le Centre Culinaire Conseil a notamment exploré le marché de la smart food. Dans le panorama de l’offre existante, la smart food, alimentation intelligente, ou encore alimentation optimisée, tient une place de choix. En pleine expansion depuis 2016, ce marché cible autant les actifs que les voyageurs, les sportifs, les étudiants en quête de praticité.

La smart food, des repas plébiscités pour leur praticité

L’une des grandes problématiques alimentaires de la société moderne : la pause déjeuner chez la population active ! Le temps consacré au repas est de moins en moins important. D’après l’étude Ideal meal menée par Ederned en 2016 la durée moyenne de la pause déjeuner est de 30 minutes.

En déclaratif, un grand nombre de consommateur affirme leur souhait de vouloir bien manger, avec des repas dotés de bonnes qualités nutritionnelles. En pratique, malgré cette volonté, beaucoup se tournent pour leur repas du midi vers des repas industriel, des plats préparés, des sandwichs… des produits pratiques mais peu intéressants nutritionnellement parlant.

Pour subvenir à ce besoin physiologique et remédier aux repas sur le pouce, des solutions toujours plus efficaces voient le jour. La Smart Food, « alimentation intelligente » promet de fournir un repas complet, équilibré, tout en étant nomade. De quoi séduire les consommateurs les plus pressés !

La motivation de ceux qui ont testé la smart food est de conserver les bienfaits d’une bonne alimentation tout en réduisant les contraintes associées (courses, cuisine, préparation, vaisselle…). Ce type d’alimentation peut alors apporter une solution satisfaisante aux actifs en déplacements réguliers.

> A lire également : tableau comparatif des repas à boire

 

La smart food, une tendance pérenne ?

Le marché de l’alimentation optimisée est finalement très récent et il est difficile d’affirmer que cette tendance va s’installer. Parmi les reproches fait à ce type de produit, il y a le manque de plaisir organoleptique ainsi que le manque de naturalité. Ce type de produit est également peu cohérent avec les attentes de sourcing local, d’allégement des étiquettes et d’impact écologique des produits. Pour un shaker il a par exemple été relevé plus de 35 aliments ! Une liste qui s’allonge à l’heure le clean label est de plus en plus plébiscité…

 

Vous souhaitez en savoir plus sur la vente à emporter ? Télécharger notre étude Défrich’usages  !

L’intégralité des résultats de l’étude Défrich’usages sur la mobilité est regroupé dans un ebook. Vous y trouverez la réponse à ces questions :

  • Quelle est l’évolution de la vente à emporter ?
  • Quels sont les attentes consommateurs pour les repas pris en mobilité ?
  • Quel est le panorama de l’offre, des initiatives des grands chefs aux offres en GMS et en entreprise ?
  • Quelle est l’offre smart food et sa promesse de praticité ?
  • En quoi la crise sanitaire est-elle un accélérateur  du développement de l’offre à emporter ?
  • Pourquoi l’emballage est-il un critère majeur pour la vente à emporter ?
  • Quelles perspectives ?

 

 

La Région Bretagne et Rennes Métropole participent au financement d’études et d’événements au Centre Culinaire en lien avec l’alimentation, le bien manger et l’innovation.

> A lire également : La livraison, le service qui vient bousculer toute la filière agroalimentaire

Elise BattaisElise Battais

Écrit par Elise Battais

Elise est chef de projet senior au Centre Culinaire Contemporain #marketing #créativité #communication

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.
Un accès à un panorama des dernières tendances culinaires 
pour alimentez votre veille et vos réflexions autour de l’innovation agroalimentaire.

Recevez 4 newsletters / an.