Retour
Tendances

Végétalisation de l’alimentation : mais que veulent donc les consommateurs ?

En mai 2019, Make.org et ses partenaires ont lancé une grande consultation citoyenne portant sur sa Grande Cause « Agir pour Mieux Manger ». Des milliers de citoyens ont contribué à répondre à la question « Comment permettre à chacun de mieux manger ? » en étant force de propositions et en réagissant aux propositions des autres participants.
Constat ? Un très fort plébiscite des circuits courts, des actions vertueuses en faveur de l’environnement et d’un retour à plus de cuisine à base de fruits et légumes de saison. Les quelques propositions jusqu’au-boutistes prônant des solutions uniques pour tous (suppression totale des abattoirs, des produits d’origine animale) sont quant à elles massivement repoussées. Des controverses apparaissent cependant sur comment adopter une alimentation plus végétale.

Le végétal et l’assiette des Français

Les sociologues de l’alimentation et des économistes s’accordent pour identifier les causes racines de la forte tendance à la végétalisation de l’alimentation :

  • crise de confiance des filières animales,
  • pertes de repères avec la distanciation consommateurs – monde paysan,
  • évolution du rapport à l’animal qui passe du statut de « facteur de production » à un « être doté de sensibilité, un compagnon difficile à tuer et manger »,
  • image négative de l’impact environnemental des filières animales,
  • recommandations santé encourageant la consommation de produits végétaux et exprimant la consommation de produits animaux de façon restrictive,
  • poids important des protéines animales dans le budget alimentaire.

Les facteurs de la transformation de notre alimentation sont nombreux et convergent pour orienter vers une alimentation savoureuse, accessible, saine, équilibrée, respectueuse de l’environnement et pérenne pour nos filières agricoles.

Un premier pas est franchi : le végétal est partout, dans tous nos rayons et dans tous nos circuits de distribution ! Il prend de plus en plus de place dans les linéaires et dans les assiettes des Français comme en témoigne l’essor des protéines végétales ces 15 dernières années (chiffres extraits de l’étude de référencement GEPV 2019).

3C - Courbe de consommation des protéines végétales

> A lire également : Le Flexitarisme, mode de de vie de l’omnivore moderne 

L’expérience consommateur est toutefois perturbée par un surplus d’emballages, des listes d’ingrédients trop longues et additivées, des sourcings matière lointains (quand des alternatives locales sont accessibles…), et surtout, une perte du goût et du plaisir. Un facteur bien dommageable pour un pays où le plaisir reste le premier moteur de consommation.

Une (r)évolution alimentaire qui demande à grandir en maturité

Apporter des réponses justes et différenciées est un enjeu majeur pour les filières alimentaires. Quel que soit le segment de marché, les consommateurs attendent une approche holistique : ils demandent de plus en plus de transparence, des produits vertueux pour eux (santé), pour la chaîne de production (bien-être animal, rémunération des producteurs) et pour la planète (respectueux de l’environnement).

La viande aura toujours sa place dans l’alimentation de la grande majorité des Français, même si elle n’est pas présente à tous les repas, et les filières travaillent toutes à des plans de progrès intégrant ces évolutions. On ne peut que les encourager dans ce sens.

Le végétal ne fait pas exception à la règle et l’évolution des habitudes alimentaires appelle un changement encore plus profond : dans nombre d’occasions de consommation, le végétal est amené à changer de statut, pour ne plus être un simple accompagnement auxiliaire mais occuper une place centrale.
Après la mise en marché des premières générations de meat analogs, il est temps de saisir la belle opportunité qui s’offre à nous. En effet, le végétal est une formidable source de variété de goûts, de couleurs, de bienfaits nutritionnels et de fonctionnalités techniques.

>  A lire également : Tous naturels et clean label demain : merci les végétaux !

Le retour au plaisir et à la culinarité

Vous l’aurez compris, comprendre les évolutions sociétales est indispensable pour innover « juste ». Il est important d’adopter une approche systémique capable d’identifier les acteurs de la chaîne de valeur et d’intégrer les parties prenantes afin de co-construire une réponse à toutes les attentes consommateurs.
Végétaliser, ce n’est pas que copier les produits animaux avec du végétal, on peut aller plus loin et recomposer une partition culinairement réussie grâce au végétal.
Tirons le meilleur de la nature en exploitant les propriétés gustatives et fonctionnelles des ingrédients naturels pour développer des produits savoureux et « clean label » !

Retrouvez dès à présent notre ebook sur le clean-label et les autres tendances agri-agroalimentaires :Ebook - Tendances agri-agro

En lien avec cet article : Agir pour Mieux Manger

Audrey PotinAudrey Potin

Écrit par Audrey Potin

Audrey est Directrice du Centre Culinaire Contemporain #marketing stratégique #stratégie commerciale

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter.